Concentrés plaquettaires

[size= medium][b][color=#3366ff]Docteur Anne-Marie Kapron Docteur Aimé Marchand[/color][/b][/size] ETUDE DE 20 OBSERVATIONS SUR LES PRODUITS DE COMBLEMENT PLAQUETTAIRES PRP (PLASMA RICHE en PLAQUETTES 0 ), PRF (PLASMA RICHE en FIBRINE) EN MEDECINE ET EN CHIRURGIE ESTHETIQUE RESUME : Le PRP se définit en tant que fraction de plasma sanguin autologue dont la concentration plaquettaire est supérieure (IxlO6 plaquettes/mm3) à sa constante (ISxlO3 à 400xl03 thrombocytes/mm3). Il est obtenu à partir du sang sous anti-coagulant (1,2, 3 p!7-18), sa fluidité le réserve au traitement des rides et des cicatrices faciales. Le PRF (1, 2 pl8-22-25) est récolté dans le sang coagulé, c'est une mèche de fibrine dont le réseau piège un maximum de plaquettes. Sa compression fournit des membranes très prisées en stomatologie (4). PRP et PRF participent à l'hémostase, ils dérivent du clou hémostatique et des colles de fibrines (1990,1998, 2006, 6, pi55). Ils sont parfaitement tolérés et se présentent comme régénérateurs tissulaires (4). Le fibroblaste dermique est la cellule de référence, il secrète du collagène et de fibres élastiques. La standardisation de l'utilisation du PRP, se heurte à la variabilité individuelle et inter-individuelle. Chaque individu devrait théoriquement recevoir des concentrations plaquettaires différentes, adaptées à son profil. Le PRP est un dérivé sanguin soumis à la réglementation de la FDA (1) et au marquage européen (93/42/CEE), permettant sa traçabilité. La bonne pratique recommande l'information du patient, un délai de réflexion de 15 jours, l'obtention d'un consentement éclairé, et l'établissement d'un devis. MOTS-CLES : PRP, PRF, PPP, thrombocytes, activation, a-granules, Buffy coat, facteurs de croissance (cytokines à spectre large : VEGF, EDF, TGFJ3, PDGF, IGF-1), cellules souches mésenchymateuses somatiques, fïbroblastes, matrice extra-cellulaire, collagène, fibres élastiques, fibrine, fibrinolyse, macrophages, P-Sélectine, régénérateur, volumateur, réglementation. ABSTRACT: PRP and PRF are noticeable as autologous and as tissue regenerators. Fibroblast is thé key cell of thé dermal layer. Individual and inter-individual variability block out any standardized process. PRP, PRF, require FDA approval and European labeling for tracking. Good Practice recommendations concern. information of thé patient, a waiting period of 15 days, consent, fées. PLAN : Introduction, Matériel et Méthodes, Observations, Commentaires. Conclusions. INTRODUCTION L'activation plaquettaire (6. p!48) par le chlorure (6, p!48) (ou le gluconate) de calcium, protocole Regen lab) à 10% additionné, de 10% de thrombine autologue, polymérise rapidement (10 minutes) en gel, la fibrine (6, pi49) du PRP, y piégeant les plaquettes. Une réaction inflammatoire (3, p!5) en chaîne, mimant le processus de cicatrisation (6, p!48). entraîne une dégranulation explosive d'a-granules (4) chargées (50 à 80) de facteurs de croissance dont les 5 principaux sont VEGF, EDF, TGFp", PDGF, IGF-1. Il existe peu ou pas de corrélations entre leurs taux, l'âge et le sexe (6, p!53). Leur relargage stimule la transformation des cellules souches mésenchymateuses somatiques (6, p!49-150) sous- dermiques, en fibroblastes (6, pi50), source de collagène, de fibres élastiques et d'une matrice extra-cellulaire (6, pi50). Celle-ci se substitue au gel de fibrine (remodelage) dont les produits de fibrinolyse sont évacués par les macrophages (6, p!49). Le PRP à long terme est plus régénérateur que volumateur tissulaire. MATERIEL ET METHODES Plusieurs procédés sont possibles Nous avons utilisé le Kit REGENLAB (RegenACR procédure, Regen Lab, SA EN Budron B2 CH-1052 Le Mont-sur-Lausanne, SW1TZERLAND, CE 0123, Benoit Ferry Product Specialist) permet d'obtenir à partir de 8ml de sang, 4 à 5ml de PRP, une récupération plaquettaire de 80%, un culot résiduel de globules rouges <Û,3 %, une concentration plaquettaire de 1,6X, IXloSnm6. Un prélèvement sanguin veineux de 30 ml (technique des laboratoires d'analyses) est réparti en 3 tubes, dont 2 sous anticoagulants (capsule bleue) pour le RPP contiennent un gel séparateur thixotropique. Le troisième tube (capsule rouge), sans anticoagulants, récolte le PRF et la thrombine. Les 3 tubes sont centrifugés dans une centrifugeuse normée (RGL-PRP-C) à 1500/rpm durant 5mn. Le tube à capsule rouge subit une double centrifugation à 1500/rpm afin d'extraire plus de thrombine autologue. Le gel séparateur, isole le culot globulaire (hématies et leucocytes) de la "Buffy coat", riche en thrombocytes, déposée dans la partie inférieure du plasma surnageant, pauvre en plaquettes (PPP). Le 1/3 supérieur du surnageant est retiré et la "Buffy coat" riche en plaquettes est remise en suspension par agitation douce dans le surnageant restant. Le tube rouge contient le PRF et la thrombine 4,5 ml de PRP sont ainsi obtenus par tube bleu. Des aliquotes de 0,9 ml de PRP additionnés de 0,1 ml de thrombine (prélevée dans le tube rouge) sont répartis dans des seringues Luer de 1ml et injectés de 0,5 à 1ml par site dans le derme, par points à l'aide d'aiguilles de 30G et 32G ou par voie traçante à l'aide de Magic Needles, canules mousses de 25G et 27G (9, pi85). La polymérisation en gel de fibrine du PRP dès son activation par la thrombine, ne laisse qu'un temps d'injection de 10 minutes (6, pi50) à l'opérateur. OBSERVATIONS 20 patients, 18 femmes et 2 hommes, ont été traités par PRP et PRF à l'aide de doses variant, de 0,5 à 1ml, et une fréquence de 15 jours à 1 an. entre 2009 et 2012, Contrôles photographiques numériques (12xl06Pixels) et échographiques à 20 MGH. Femme (F) 44 ans, séquelles de plaies balistiques transfixiantes cervico-faciales, perte de substance ostéo-cutanée de la région malaire, difformités, gros complexe psychologique, greffe osseuse autologue. PRP, Coleman+PRF Choukroun, (4) Résultats très satisfaisants. F 36 ans, colobome, agénésie malaire, buffletalmie, rétro-maxillie, microgénie, asymétrie faciale, méningiome du clivus (Pr Desgeorges), hétérogreffe péri-orbitaire, Lefort 1, génioplastie. difformité, complexe psychologique , symétrisation, PRP+Coleman facial et temporal. satisfaction. F 80 ans, dépressive (époux k prostate), anorexique, maigreur, liftings et palpébroplasties antérieures, ptôse jugale, suspension jugale par fils crantés, Cernes (CN (7), Sillons naso-géniens (8), lèvres (L)(3), joues (J)(3), Tempes, PRP+Acide Hyaluronique (AH) (4) satisfaction après reprise de llkg. Homme (H) 38 ans, entrepreneur de travaux publics, forte héliodermie, émaciation, tabagisme, vieillissement accéléré, plis très marqués. envisage lifting, BOTOX frontal et peri-orbitaire, PRP itératifs nécessaires. F 38 ans, agent immobilier, active, asiatique, rhinoplastie et fïlling labial antérieurs, suspension jugale par fils crantés, ablation de noevi. PRP. sillon naso-génien (SNG) (8), Pommettes (P), dorsum nasal, Cernes (CN) (7), Menton (M), satisfaction, demandes réitérées. F 38 ans, Diplomate, CN bleutés, SNG légers, prophylaxie du vieillissement, entretien mensuel à la demande, satisfaction F 40 ans, fermière, émaciation, heliodermie, couperose, tabagisme 2 paquets/jour, édentation, résorption parodontale, rétro-mandibulie (en instance d'ostéotomie d'Epker), PRP, SNG, P, CN, joues, Lèvres (L), M. Résultats à court terme très satisfaisants, réjuvénation. F 59 ans, PDG, Juriste, peau entretenue, plastie palpébrale supérieure ancienne, CN, SNG, une séance. Très satisfaite. F 44 ans, ménopausée, émaciée, valve mitrale, sous anti-coagulant, après avis, PRP+AH, SNG, CN, une séance, satisfaite. F 65 ans, médecin anesthésiste, lifting cervico-facial, palpébroplastie supérieure, anciens, BOTOX glabelle, SNG, CN , L, voie rétro-muqueuse, ridules lèvre supérieure, abord cutané, bonne réponse à 6 mois, satisfaction. F 63 ans, psychiatre, émaciation, SNG, P, BOTOX glabelle, court terme engageant, époux opposé, une séance. F 33 ans, 3 enfants, rhinoplastie antérieure, ptôse mammaire hypotrophie et vergetures, abdomen très vergeturé, 2 séances à 1 mois d'intervalle, résultats maintenus à 3 mois, coup d'éclat remarquable chez une fumeuse. F 59 ans, émaciation. heliodermie, palpébroplastie, rhinoplastie antérieures, PRP+Lipostructure SNG, P, C, L, anesthésie tronculaire, antécédents de dépression non déclarés, réactions hystériques ahurisssantes en dépit de l'absence d'ecchymoses immédiates, d'effets secondaires et des bons résultats. Les autres observations concernent des femmes trcntenaircs, jalouses de leur image, SNG, CN, P, une session. Acceptation plus facile qu'avec les fillers hétérologues commerciaux. COMMENTAIRES Les indications cervico-faciales sont essentiellement, le sillon naso-génien, les cernes, les ridules labiales, le repulpage labial, le menton crispé, les pommettes insuffisantes, les rides glabellaircs frontales, les joues creuses, les cicatrices d'acné et atrophiques. A l'effet volumateur transitoire succède une augmentation d'épaisseur tégumentaire dermique (collagènel et réorganisation des fibres élastiques), durable de trois à douze mois, régénératrice, et non fïbrosante. Ecchymoses, œdèmes transitoires (5, p8) et hématomes rares, ne découragent pas les patients dans leurs demandes ni dans la poursuite d'un traitement. Le PRP préserve plus des ecchymoses que de l'œdème (6, pi55). Une anesthésie tronculaire est parfois utile. Le protocole REGENLAB, recommandant l'activation plaquettaire préférentielle par la thrombine autologue prévient d'un problème immunitaire (anticorps anti-thrombine bovine) (4, 6, pi54). L'activité anti-infectieuse du PRP a été relatée (4). L'allergie, les pathologies néoplasiques, le diabète, les maladies auto-immunes, les insuffisances rénales, HIV, HVB, HVC, sont autant de contre-indications. Comme pour les liftings cervico-faciaux, la stabilité du poids est un préambule contre le risque d'une ptôse cutanée secondaire. CONCLUSIONS Les travaux expérimentaux sur le lapin et la souris (5, 6 p!47), la large utilisation en clinique humaine des PRP, PRF, semblent convaincants de leur efficacité (5, p8). Les détracteurs invoquent (3, p7-8), l'absence d'efficacité (6, pi 55) le pouvoir mutagène des facteurs de croissance à des concentrations supra-physiologiques(6 p!57), la transmission de prions par la thrombine bovine (4), la mise à l'index de la Becaplermin commerciale (9, p!79) par la FDA aux USA, les 3 cas de Parvovirus B19 publiés, le faible nombre d'études cliniques contrôlées, la variabilité des réponses individuelles et inter-individuelles, l'absence de standardisation et d'évaluation des protocoles (jungle des protocoles). L'innocuité (6, p!57) et le succès clinique toujours d'actualité sont la meilleure réponse à toute polémique. Le suivi du gain d'épaisseur dermique par échographie à 20 MHZ (Dr Jean-André Luciani) et le dosage de la P-sélectine, (Antigène CD62), marqueur de l'activation plaquettaire, assurent un contrôle fiable conjointement à la photographie numérique. In fine, ce qui importe, c'est le regard du patient et son regain de confiance en soi. (Pr Jean- Paul Meningaud (10)). BIBLIOGRAPHIE 1. Mercier V. : Stimulation de la cicatrisation du tissu gingival et du tissu osseux par l'utilisation de concentrés plaquettaires, Université Henri Poincaré Nancy-I, Faculté d'Odontologie, Thèse pour le Diplôme d'état de Docteur en Chirurgie dentaire, 2011 ; 158 p. 2. Letient A. : Mise au point sur l'utilisation des culots plaquettaires lors de la chirurgie implantaire, Université de Nantes, Unité de formation et de recherche d'odontologie. Thèse pour le Diplôme d'état de Docteur en Chirurgie Dentaire, 2003 ; 108 p. 3. Dohan S., Dohan A.. Choukroun J., Diss A., Simonpieri A., Girard M.-O., Dohan D. : De l'usage des concentrés plaquettaires autologues en application topique, EMC (Elsevier SAS, Paris), Odontologie, 23-330-A-30, 2005 : 1-28 4. Braccini F., Dohan D. M. : De l'intérêt du Platelet Rich Fibrin (PRF) de Choukroun au cours de la lipostructure faciale esthétique de Coleman : Résultats préliminaires, Revue de Laryngologie Otologie Rhinologie, 2007 ; 128(4) : 255-260 5. Cho JM., Lee YH., Baek RM., Lee SW. : Effect of platelet-rich plasma on ultraviolet b-induced skin wrinkles in nude mice, Journal of Plastic, Reconstructive and Aesthetic Surgery, 2011 ; 64(2) : 31-39 6. Eppley BL., Pietrzak WS., Blanton M.: Platelet-rich plasma: a rcvicw of biology and applications in plastic surgery, Plastic and Reconstructive Surgery, 2006; 118(6) : 147-159 7. Amgar G. : Gestion du cerne creux avec les extraits plaquettaires, Revue AFME, 2009 ; Janvier : 12-13 8. Sclafani A.P.: Platelet-rich fibrin matrix for improvement of deep nasolabial folds. Journal ofCosmetic Dermatology, 2010; 9(1) : 66-71 9. Zenker S. : Le Plasma Riche en Plaquettes (PRP) pour la réjuvénation du visage. Journal de Médecine Esthétique et de Chirurgie Dermatologique, 2010 ; 37(148) : 179-183 10. Entretien avec le Professeur Jean-Paul Meningaud : Une opération améliore la confiance en soi des personnes anxieuses, Le Point, 2007 ; Publié le 19 janvier ([url=http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2007-01-19/une-operation-ameliore-la-confiance-en-soi-des-personnes/920/0/56172]http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2007-01-19/une-operation-ameliore-la-confiance-en-soi-des-personnes/920/0/56172[/url]) Faculté de Médecine de Créteil DUTIC, Diplôme Universitaire des Techniques d'Injections et de Comblement en Médecine et en Chirurgie Maxillo-Faciale Année 2011-2012 Mémoire de synthèse sous la direction de Monsieur le Professeur Jean-Paul Meningaud